Logo MJS
Fédération Royale Marocaine des Sports pour Personnes Handicapées

La classification sportive

Définition de la classification

La classification est un système propre à chaque sport qui consiste à répartir les athlètes ayant un handicap physique en différentes catégories en vue des compétitions. Le système de classification a été conçu de manière à minimiser l’impact du handicap sur le résultat des compétitions, de sorte que les athlètes qui obtiennent de bons résultats en compétition le doivent à leurs capacités sportives. Pour y parvenir, les athlètes sont classés en fonction de l’étendue de leurs limitations physiques résultant de leur handicap.

Les athlètes ayant un handicap sont regroupés par catégories (appelées catégories sportives), lesquelles sont définies en fonction du degré de mobilité que permet le handicap fonctionnel.

Les athlètes sont soumis à une évaluation qui permet de déterminer leur admissibilité aux compétitions d’une part et de les regrouper par « catégorie sportive » d’autre part, en fonction de leurs aptitudes physiques ou sensorielles. Une évaluation consiste en une série de tests standardisés réalisés par l’athlète et évalués par un comité de classification. Les athlètes ayant un handicap visuel subissent un examen ophtalmologique. L’évaluation de classification peut comprendre une évaluation technique et une observation sur le terrain de jeu.

Suite à cette évaluation, les athlètes sont répartis en différentes catégories sportives, qui déterminent à qui ils devront se mesurer.

Qui classifie?

La classification au sein de chaque sport est réglementée par la Fédération sportive internationale (FSI) et doit se conformer aux Normes internationales et au code de classification du CPI (en anglais seulement). Les athlètes sont classés par catégorie par un comité international de classificateurs accrédités et formés par la FSI. Les critères de classification publiés propres à chaque sport sont utilisés pour encadrer l’évaluation de chaque athlète.

Les classificateurs sont des responsables certifiés qui obtiennent leur accréditation par le biais de travaux pratiques et théoriques. Généralement, un comité de classification se compose d’au moins deux classificateurs, qui évaluent chaque athlète.

Classification pour les Jeux paralympiques

À chaque fois que cela est possible, le statut d’un athlète en termes de classification est confirmé avant qu’il se présente aux Jeux paralympiques. Cela permet aux athlètes et aux entraîneurs de se concentrer sur l’entraînement et de se préparer efficacement en vue des compétitions organisées au sein d’une catégorie en particulier. Cela permet également d’éviter toute distraction consécutive à la réalisation d’une évaluation de classification juste avant une compétition importante.

Ceci étant, la classification des athlètes dont l’état évolue ou progresse et qui doivent être évalués fréquemment pour s’assurer qu’ils figurent dans la bonne catégorie, ainsi que la classification des athlètes qui viennent de s’inscrire, ont lieu après le début des Jeux.

Dans le cadre du processus d’inscription à chaque édition des Jeux paralympiques, la classification de chaque athlète est transmise au comité organisateur qui attribue alors à l’athlète l’un des statuts suivants :

Confirmé (C)

Ce statut est attribué aux athlètes qui ont fait l’objet d’une classification internationale, conformément aux règlements sportifs applicables, et qui ne sont pas susceptibles d’être examinés à nouveau. Les athlètes ayant le statut C ne sont pas tenus de subir une évaluation de classification pendant les Jeux.

En cours d’examen (R)

ce statut est attribué aux athlètes qui ont fait l’objet d’une classification internationale, conformément aux règlements sportifs applicables, mais qui sont susceptibles d’être examinés à nouveau. Les athlètes ayant ce statut doivent subir une évaluation de classification et/ou être observés pendant le déroulement des compétitions olympiques.

L’évaluation de classification a lieu dans la ville-hôte immédiatement avant le début des Jeux.

Pour les athlètes prenant part aux épreuves de ski para-alpin et de ski para-nordique (à l’exception des athlètes ayant une déficience visuelle), la période d’observation pendant les compétitions fait partie intégrante des règlements encadrant la classification. Elle a lieu lors de la première apparition de l’athlète aux Jeux. Le classificateur en chef doit confirmer à quelle catégorie l’athlète appartient au plus tard 15 minutes après la première apparition de celui-ci dans le cadre d’une épreuve. Si la catégorie sportive de l’athlète change, celui-ci doit être réinscrit dans la nouvelle catégorie avant de pouvoir poursuivre la compétition.

Nouveau (N)

Ce statut est attribué aux athlètes qui n’ont pas fait l’objet d’une classification internationale, conformément aux règlements sportifs applicables. Les athlètes ayant ce statut ne sont autorisés à participer aux Jeux paralympiques que dans des circonstances exceptionnelles. Leur statut en termes de catégorie sportive leur est attribué de la même façon que pour les athlètes ayant le statut R. Il s’agit du seul cas dans lequel les comités paralympiques nationaux d’autres pays peuvent déposer une réclamation afin de contester la classification d’un athlète concurrent.

Le Comité paralympique international ou la Fédération sportive internationale nomment un classificateur en chef pour chaque édition des Jeux paralympiques. Un classificateur en chef est par ailleurs nommé pour chaque sport. Un autre classificateur en chef est en outre nommé pour les athlètes ayant une déficience visuelle.

Protestation de la classification

Seuls les athlètes ayant le statut N ou R peuvent protester quant à la classification qui leur a été attribuée pendant les Jeux, conformément aux règlements de leur sport. Une seule protestation est autorisée. La protestation doit être formulée le jour même de l’évaluation de classification ou avant 8 h 30 le lendemain matin, en fonction de l’heure à laquelle l’évaluation de classification a eu lieu.

Les protestations relatives à l’attribution d’une catégorie suite à la période d’observation en compétition doivent être formulées dans les 15 minutes suivant l’annonce de la catégorie sportive et des résultats finals de l’athlète.

Seul le classificateur en chef est autorisé à formuler une protestation relativement à un athlète ayant le statut C.

Dans certaines circonstances exceptionnelles, le classificateur en chef de la FSI peut, sous réserve de l’accord du directeur scientifique et médical du Comité paralympique international, formuler une protestation relativement à un athlète, quel que soit le statut attribué à celui-ci. Les circonstances exceptionnelles sont définies dans les Normes internationales et le Code de classification du CPI ainsi : "[les circonstances exceptionnelles]... voient le jour lorsqu’un classificateur en chef estime que la catégorie sportive confirmée d’un athlète ne reflète plus la capacité de celui-ci à participer de manière équitable aux épreuves organisées dans cette catégorie sportive".

Procédures d’appel portant sur la classification

Une "procédure d’appel portant sur la classification" décrit le processus par le biais duquel une objection formelle quant à la façon dont l’évaluation de la classification d’un athlète et/ou la procédure de classification d’un athlète ont été réalisées est déposée devant la Commission siégeant en appel en matière de classification (Board of Appeal of Classification) du CPI.