Volleyball assis

para-basketball

Historique

Le volleyball pour handicapés a fait son entrée aux Jeux paralympiques en tant que sport de démonstration pour les amputés lors des Jeux paralympiques d’été de Toronto en 1976.

Le volleyball assis a été ajouté au programme paralympique lors des Jeux paralympiques d’été d’Arnhem en 1980.

Au début, le volleyball était pratiqué debout et assis. Le volleyball debout a été retiré du programme paralympique depuis les Jeux paralympiques d’été de Sydney en 2000.

Les femmes ont participé pour la première fois aux compétitions paralympiques de volleyball assis aux Jeux d’Athènes en 2004.

Instances sportives nationale et internationale

Le volleyball assis est régi par la World Organization Volleyball for Disabled (WOVD) (organisme mondial de volleyball pour handicapés).

La WOVD a adapté les règles de la Fédération internationale de volleyball (FIVB) pour le volleyball assis.

L’organisme national FRMSPH.

Description du sport

Le volley-ball assis est une discipline du volleyball paralympique, qui se pratique assis au sol. Ce sport est régi par la même réglementation que le volleyball traditionnel, à quelques exceptions près.

Le but de chaque équipe est d’envoyer le ballon au-dessus du filet dans l’espace de passage de façon à ce qu’il touche le sol du camp opposé. Chaque équipe a droit à un maximum de trois touches de balle avant de la renvoyer vers l’équipe adverse. Le contre ne constitue pas une touche.

Une partie peut comprendre jusqu'à cinq manches. Chacune des quatre premières manches est gagnée par l’équipe qui marque la première 25 points avec un avantage d’au moins deux points sur l’équipe adverse. En cas d’égalité à 24-24, la manche se poursuit jusqu’à ce qu’un écart de deux points soit atteint par l’une des deux équipes pour remporter la manche. En cas d’égalité à deux manches partout, une cinquième manche est disputée en 15 points, toujours avec un écart d’au moins deux points sur l’équipe adverse. Une équipe doit gagner trois manches au total pour remporter la partie.

Une équipe peut comprendre jusqu’à 12 joueurs, dont un capitaine et un libéro. Chaque joueur a une position initiale bien spécifique sur la surface de jeu. L’emplacement des fesses des joueurs par rapport au sol permet de déterminer et de contrôler leur position pendant le jeu.

Le terrain de volley-ball assis mesure 10 x 6 m et se divise en deux côtés de 5 m de profondeur pour 6 m de large. La hauteur du filet est inférieure à celle du volley-ball traditionnel ou debout, et s'élève à 1,15 m chez les hommes et 1,05 m chez les femmes. Les joueurs doivent rester en contact permanent avec le sol lorsqu’ils sont en possession du ballon. Il est interdit de se mettre debout, de se relever ou de faire des pas. Une courte perte de contact avec le sol est néanmoins autorisée en cas de jeu défensif pour sauver un ballon au niveau de la ligne avant (en dehors d'un contre) ou de la ligne arrière.

Jeu

Marquer plus de points que l’équipe adverse en envoyant le ballon au-dessus du filet dans l’espace de passage de façon à ce qu’il touche le sol de l’équipe adverse.

Participants

Équipes: Hommes, femmes.

Équipement et terrain

Terrain de volleyball

sitting-volleyball

Terrain de volleyball

10 m de longueur sur 6 m de largeur avec une ligne d’attaque de 2 m

Filet de volleyball

hauteur: 1.15 m pour les hommes et 1.05 m pour les femmes

Règlements

Au volleyball, deux équipes s’affrontent. Une équipe est composée d’un maximum de 12 joueurs, avec un maximum de 6 joueurs à la fois sur le terrain.

Le volleyball assis est comme le volleyball, à l’exception que les joueurs doivent jouer en position assise sur le sol.

Chaque équipe a droit à un maximum de trois touches de balle (incluant le contre) avant de la renvoyer par-dessus le filet vers l’équipe adverse.

La mise au jeu se fait par un service – le serveur frappe le ballon par-dessus le filet vers l’équipe adverse.

Le jeu se poursuit (un échange) jusqu’à ce que le ballon touche le sol du terrain, sorte du terrain ou qu’une équipe ne parvienne pas à retourner le ballon.

L’équipe qui gagne l’échange marque un point. Lorsque l’équipe qui reçoit gagne un échange, elle obtient un point et le droit de servir et ses joueurs se déplacent en sens horaire.

Les joueurs doivent rester en contact permanent avec le sol lorsqu’ils sont en possession du ballon. Il est interdit de se mettre debout, de se relever ou de faire des pas.

Une partie peut comprendre jusqu'à cinq manches. Chacune des quatre premières manches est gagnée par l’équipe qui marque la première 25 points avec un avantage d’au moins deux points sur l’équipe adverse. En cas d’égalité à 24-24, la manche se poursuit jusqu’à ce qu’un écart de deux points soit atteint par l’une des deux équipes pour remporter la manche. En cas d’égalité à deux manches partout, une cinquième manche est disputée en 15 points, toujours avec un écart d’au moins deux points sur l’équipe adverse. Une équipe doit gagner trois manches au total pour remporter la partie.

Eligibilité

Au volleyball assis, le classement des athlètes ne se fait pas par groupes. Les athlètes doivent respecter des exigences minimales relativement à leurs déficiences et doivent avoir obtenu l’autorisation d’au moins un spécialiste médical. Le handicap de l'athlète doit être permanent et inclut les déficiences suivantes : amputation, lésion médullaire, limitation motrice cérébrale et «les autres».

Les athlètes ayant un handicap évolutif (tel que la dystrophie musculaire, la sclérose en plaques, etc.) se voient accorder une classification temporaire et doivent être réévalués à chaque compétition.

À la fin du processus de classement, l’athlète est classé dans une catégorie (D-handicap ou MD-handicap mineur) reflétant la gravité du handicap (de mineur à sévère). Si le total des points attribués à un athlète est trop élevé, il est inadmissible à jouer.

Un maximum de deux athlètes de la catégorie « handicap mineur » peuvent faire partie d’une même équipe et ne peuvent être en même temps sur le terrain.

Changements

De légères modifications ont été apportées aux règlements de la Fédération internationale de volleyball (FIVB) par la World Organization Volleyball for Disabled (organisation mondiale de volleyball pour handicapés) en vue de la tenue des compétitions paralympiques de volleyball.

La hauteur du filet est réduite à 1,15 m pour les hommes et à 1,05 m pour les femmes.

Les athlètes s’exécutent sur un terrain plus petit (10 m x 6 m), comportant une zone libre de 3 m sur chacun des côtés du terrain et une zone libre de 7 m au-dessus du terrain.

Les athlètes de la rangée avant ont le droit de bloquer un service.

Pendant une offensive, le bassin des joueurs de la rangée avant doit demeurer en contact avec le terrain.

Les défenseurs peuvent aussi participer à l’offensive pourvu que, lorsqu’ils ou elles frappent le ballon, leur bassin ne touche pas à la ligne d’attaque ni ne passe au-dessus. La plupart du temps, les défenseurs doivent demeurer en contact avec le sol pendant tout le match. Toutefois, si un défenseur tente de « sauver un ballon », il ou elle a le droit de perdre le contact avec le terrain temporairement.

Un élément nouveau pour les compétitions paralympiques est l’ajout d’un libéro. Le libéro est un défenseur spécialement formé pour être substitué à un défenseur arrière pendant tout arrêt du jeu. Bien que le libéro ne puisse pas faire de smash ou de service, il ou elle joue un rôle crucial pour assurer la défense de l’équipe. Le libéro est facile à repérer, car il ou elle porte un uniforme d’une couleur différente de l’uniforme de ses coéquipiers.